Bienvenue
à l'UODC

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

+ de 400 nouvelles vidéos par an

Trouvez au moins
5 réponses
à vos questions de travail

Un minimum de 2 caractères est nécessaire.
Dans le domaine : Compétences
Mardi 28 juin 2011 - 18h00 Les formateurs et le travail, une relation enfin heureuse ? Guy Jobert Professeur, titulaire de la chaire de formation des adultes du CNAM Amphi débat organisé en partenariat avec Education Permanente.


De plus en plus de voix se font entendre pour affirmer que la formation des adultes est en panne, qu'elle ne parvient pas à renouveler ses approches et ses méthodes et qu'elle poursuit son chemin dans la répétition des formes instituées. Certains vont jusqu'à mettre en doute son utilité.

Ces questionnements et ces remises en cause doivent être pris au sérieux et inciter les professionnels de la formation à interroger et à porter plus loin leurs principes d'action et leurs pratiques.

Historiquement, les formateurs d'adultes ont construit leur spécificité en s'appuyant sur l'héritage de l'éducation populaire pour se démarquer du modèle scolaire dominant. Sans doute ne sommes-nous pas sortis de cette période fondatrice.

Un modèle "formatif" s'est substitué au modèle "scolaire" puis s'est figé pour se reproduire, avec d'innombrables variations de forme, autour d'une pratique "stagifiée" de la formation. Dans le même temps, les dispositifs de formation en alternance qui cherchent à lier savoir et action, théorie et pratique, logiques et univers sociaux de la formation et de la production, ne sont pas parvenus, à de notables exceptions près, à échapper à une juxtaposition de deux mondes pratiques, idéels et sociaux.

Parmi les ouvertures les plus prometteuses - elles ne sont pas si nombreuses - on peut mentionner l'intérêt récent manifesté par le monde de la formation pour l'objet "travail" et les disciplines des sciences humaines qui l'étudie.

Cette séance de l'UOC, organisée en collaboration avec la revue Education Permanente, se propose d'argumenter les raisons pour lesquelles la formation des adultes peut trouver dans son ancrage dans l'action, et plus spécifiquement le travail, les bases d'un renouvellement. Le titre de l'intervention de Guy Jobert s'inspire de son éditorial à la première livraison de la revue Education Permanente consacrée au travail, en 1992 : "les formateurs et le travail, chronique d'une relation malheureuse".

Guy Jobert est également directeur de la revue Education Permanente.