Bienvenue
à l'UODC

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

+ de 400 nouvelles vidéos par an

Trouvez au moins
5 réponses
à vos questions de travail

Un minimum de 2 caractères est nécessaire.
Dans le domaine : Travail
Mardi 15 décembre 2009 - 17h45 Déclassement social, place dans les entreprises, compétences Camille Peugny Sociologue, professeur à l'Université Paris VIII et à Sciences Po Il arrive que les politiques parlent de la «panne de l’ascenseur social». Des chefs d’entreprises pourraient en parler tout autant.

Aujourd’hui, il faut attendre l’âge de 28 ans (en moyenne) avant de bénéficier de son premier CDI. Et lorsque l’on est enfin entré dans l’entreprise, l’essentiel va se jouer très vite : le type de travail, la place dans l’organisation, les possibilités d’évolution, de mobilité, de promotion.

Comment dans ce contexte les entreprises peuvent-elles recruter, intégrer, fidéliser et manager la génération qui arrive aujourd’hui au travail ? Celle que l’on commence à appeler parfois la « génération Y » ?

Camille Peugny, sociologue qui enseigne à Paris VIII et à Sciences Po, place la question du déclassement au centre de son ouvrage (Éditions Grasset, janvier 2009).

Ses recherches l’ont amené à effectuer un travail de fond sur ce que recouvre le « déclassement ». Terme qui émerge aujourd’hui dans le champ du social, du politique, mais aussi dans celui des idées.

Quelle est son origine, quelle est la place de l’école dans ce phénomène ?

Quelles en sont les conséquences aujourd’hui pour les personnes qui vivent et ressentent un sentiment de déclassement ?

Et quelles en sont les conséquences visibles dans le monde du travail, dans les entreprises ? Qui ne peuvent que difficilement produire sans qu’il y existe un espace minimum de partage d’un sens commun entre celles et ceux qui y travaillent ? Par exemple entre ceux qui se vivent comme « déclassés » et les « autres ».