Bienvenue
à l'UODC

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

+ de 400 nouvelles vidéos par an

Trouvez au moins
5 réponses
à vos questions de travail

Un minimum de 2 caractères est nécessaire.

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • L'essentiel
  • Les chapitres
  • La question posée
  • L'intervenant
  • Les liens

Au Vietnam, les États-Unis ont gagné toutes les batailles jusqu’au moment où ils ont perdu la guerre. L’histoire vient de se répéter tranquillement en Irak et en Afghanistan. En quoi ces triomphes de court terme et ces catastrophes stratégiques nous concernent-ils ? Parce qu’aujourd’hui, les décideurs croient commander en passant leur temps à contrôler. Happés par le court terme et la tactique, ils ne prennent plus le temps de s’extraire de l’immédiat pour entrer en stratégie. Cela concerne seulement les plus hauts gradés de l’entreprise et de la politique ? Absolument pas : passer de la gestion à la  stratégie concerne tous les responsables.

« L’ignorance de l’incertitude conduit à l’erreur, la certitude de l’incertitude conduit à la stratégie ». Cette citation d’Edgar Morin ouvre le second des huit forts chapitres du dernier livre écrit par le Général Vincent Desportes : Entrer en stratégie (Robert Laffont, 2019). En ces temps de pandémie, la puissance de cette phrase résonne particulièrement. Si nous avions été gouvernés par le partage de la certitude de l'incertitude, notre vision collective - et donc nos actions - n'auraient sans doute pas été les mêmes.

Vincent Desportes la décline de manière extrêmement directe, au plus près de la réalité du travail dans la plupart des entreprises : « L’obsession de la performance immédiate [les fameux KPI (Key Performance Indicators)] se transforme en cécité, puis se retourne contre elle-même : elle produit de l’inefficacité et de l’inefficience ». 

Ce qui est fascinant, c’est à quel point le monde militaire a réfléchi depuis au moins 2500 ans (Sun Tzu, l’Art de la guerre) à la manière dont les êtres humains pouvaient atteindre ensemble un objectif ; et cela dans un environnement parfois, souvent hostile. Entrer en stratégie, à la guerre comme dans une entreprise - quelle que soit sa taille - c’est d’abord faire face à l’autre. 

Et le fruit de cette réflexion ? Il va exactement à l’inverse de ce que le profane croit savoir des modes de management dans le monde militaire : jugulaire ! jugulaire !, etc.
Un exemple (militaire) qui nous parle à tous ?
La conception du commandement de l’armée allemande en 1870 et 1940 : une fois l’objectif et les moyens définis, on exige des officiers le maximum d’initiatives pour réaliser au mieux leur mission, en respectant l’esprit et en adaptant la lettre autant que de besoin.
C’est comme cela que les Allemands ont triomphé d’une armée française qui croyait commander en contrôlant par le détail et ne laissait que très peu de liberté aux officiers pour pratiquer les ajustements nécessaires face aux inévitables imprévus.

Certaines entreprises ont commencé à le comprendre, enfin, après des décennies de management taylorien déchainé. Pour d’autres, c’est encore loin d’être gagné… Entrer en stratégie, c’est par exemple comprendre pourquoi développer l’autonomie stratégique des responsables est indispensable.

Secouant, éclairant, passionnant aussi : rencontrer le métier, la culture et la vision du Général Vincent Desportes est une vraie expérience. L’UODC était heureuse de vous inviter à l’entendre et débattre avec lui. Avec la conviction qu’il est difficile de ne pas être ébranlé par cette rencontre !

Spécialiste de la réflexion stratégique, le général de division Vincent Desportes a dirigé l’École de guerre. Ingénieur et docteur en histoire, il est aujourd’hui professeur des universités associé à Sciences Po et enseigne la stratégie à HEC.

Après une carrière opérationnelle qui l’a conduit à exercer des commandements multiples, Vincent Desportes s’est orienté vers la formation supérieure, la réflexion stratégique et l’international.

Dans ce cadre, il a notamment exercé aux Etats-Unis entre 1998 et 2003. Après deux années au sein même de l’US Army dont il est diplômé du War College, il a été Attaché à l’ambassade de France à Washington. De retour en France, il a été nommé Conseiller défense du Secrétaire général de la défense nationale avant de prendre la direction du Centre de doctrine d’emploi des forces ; pendant trois ans, il y a été responsable de l’élaboration des stratégies et du retour d’expérience de l’armée de terre. A l’été 2008, il a pris le commandement de l’Ecole supérieure de guerre. Il est aujourd’hui Conseiller spécial du Président de Panhard General Defense. 

Ingénieur, docteur en histoire, diplômé d’études supérieures en administration d’entreprise et en sociologie, Vincent Desportes s’est par ailleurs investi dans le domaine de la réflexion stratégique et du leadership. Il a publié de nombreux ouvrages de stratégie et de praxéologie, de multiples contributions à des revues françaises et étrangères, et prononce depuis une dizaine d’années des conférences sur les thèmes de la stratégie et du leadership dans les métropoles des différents continents. Directeur de la collection « Stratégies et doctrines » chez Economica depuis 1999, il est aussi conseiller stratégique du président de l’IFRI, membre du conseil scientifique du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique. Professeur Associé à Sciences Po Paris, il enseigne également dans plusieurs grandes écoles, dont HEC, et intervient auprès des grandes entreprises. 

Conférencier international, le général Vincent Desportes a écrit une dizaine d’ouvrages consacrés aux questions opérationnelles et stratégiques, dont Décider dans l’incertitude (Economica, 2008) et La Dernière Bataille de France (Gallimard, 2016), Grand Prix de l’Académie française. Dans son dernier livre Entrer en stratégie (Robert Laffont, 2019), il s’adresse aux décideurs politiques, aux chefs d’entreprise et aux militaires pour montrer en quoi le concept de stratégie a déserté l’esprit des dirigeants actuels.

Lien périmé, remarques, suggestions ?
Merci de nous écrire en mentionnant la vidéo !

Les mots-clés

Crédits

Vidéo complète n°261
Amphi débat du 24/11/2020
Date d'édition : 08/01/2021
Durée : 1:01:16

Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de l'Uodc
Réalisation et édition : Pierre Cécile
Prise de vue : Enregistrement vidéo issu de la plateforme de visioconférence Zoom
© Pratiques & Stratégies - décembre 2020 - reproduction interdite