Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°19
Durée totale : 0:49:17
UODC | Ressources Humaines | Vidéo

Questions philosophiques et anthropologiques à la validation des acquis de l'expérience

Une lecture d'après Paul Ricoeur

Guy Berger
Professeur émérite en sciences de l’éducation, Université Paris 8

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant

Le risque majeur de toute pratique de formation professionnelle, quelque peu codifiée, est sans aucun doute de s’épuiser dans la trame d’un discours juridico-administratif et d’y perdre son âme, sa raison d’être. Ce risque est, aujourd’hui, tout à fait réel pour l’objet pratique VAE.

La riposte, si elle est souhaitée, serait de fonder en raison le dispositif pratique ou encore, pourrait-on dire, de le nourrir de références (théoriques et historiques) lui donnant une assise sociétale et anthropologique permettant de mieux maîtriser ses développements pratiques.

C’est dans cet esprit que nous avons demandé à Guy Berger, philosophe et professeur émérite en sciences de l’éducation de nous présenter, en quoi et comment les derniers travaux du philosophe, Paul Ricœur, sur la reconnaissance (notamment  Parcours de la reconnaissance, éditions Stock, 2004) nous aident à enrichir nos pratiques de validation des acquis de l’expérience.

Dans un va-et-vient constant entre ses lectures approfondies du philosophe et ses rencontres et expériences personnelles, par l’analyse des représentations sociales de la légitimité (le self made man et le " parvenu ") et des rappels historiques (origines militaires et militantes de la vae, origine de la notion de preuve, etc.), Guy Berger nous livre une contribution dense, cultivée, mais aussi structurée et  limpide, rare et essentielle, qui fera date pour l’ensemble des professionnels et acteurs de la VAE, pour tous ceux qui s’intéressent aux questions de la formation professionnelle continue.

Une manière aussi de signifier que la validation des acquis de l’expérience, qui trouve aujourd’hui ses solutions, ses procédures, ses appareillages, avec des enjeux d’efficience, de justice sociale, de redistribution plus équitable des mérites et des biens, ne doit pas masquer la question plus vaste de la reconnaissance.

Texte : Pierre Cécile

Guy berger est depuis 1998 professeur émérite en sciences de l’éducation, de l'Université Paris 8.