Les séquences
Extrait découverte
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°155
Durée totale : 1:32:40
Les commentaires
UODC | RH | Vidéo

Intervenir sur les risques psychosociaux

Méthodes, effets, précautions

Damien Cru
Ergonome, intervenant en prévention des risques professionnels

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant


Que peut produire une intervention en matière de risques dits « psychosociaux »
, devenus « RPS » dans le vocabulaire courant ?

C’est une question qui intéresse de près les sujets au travail. Le sentiment d’être dans l’impossibilité de bien faire son travail, le stress, l’épuisement, le burn out, la dépression, les tentations de suicide de proches ayant un lien avec le travail, cela parle à beaucoup.

Elle intéresse tout autant celles et ceux qui sont en responsabilité de déclencher (ou non), une intervention en matière de risques psychosociaux dans leur entreprise ou leur organisation.

Elle intéresse enfin celles et ceux qui interviennent dans des milieux de travail concrets, où les risques psychosociaux sont présents.

Une manière de penser ces risques dits psychosociaux est bien connue. Il y aurait des fragilités de personnes, renforcées par des contextes de travail rendus difficiles, tendus par les traductions dans le travail de la rationalisation, des économies nécessaires, du faire mieux et plus avec moins.

Des cabinets se sont spécialisés dans le « diagnostic » du problème et des souffrances. Et dans la préconisation d’actions que devrait mener le management à différentes échelles, pour diminuer, voire faire disparaître, ces fameux RPS.

D’autres approches sont possibles. Qui pensent que les solutions sont plutôt du côté du travail lui-même. Qui imaginent que les personnes concernées par l’intervention peuvent elles-même faire le diagnostic. Qu’elles peuvent se mettre au travail, trouver des issues : ce qui fait souffrance, c’est lorsque l’on pense qu’il n’y a pas d’issue.

Le travail peut être un lieu de santé, pour peu que les conflits du travail ne soient pas occultés. Les désaccords sur la manière de bien faire son travail sont objet de conflits entre directions, management aux différentes échelles et opérateurs, entre opérateurs. Ces conflits sont normaux et nécessaires, pour peu qu’ils ne soient pas occultés, qu’ils soient travaillés.

Une intervention pourrait aider les protagonistes à remettre le conflit à sa juste place.

Dans cette perspective l’intervention de Damien Cru, avec sa très fine expérience de l’intervention, est lumineuse. Il sait aussi la confronter aux assises théoriques qui permettent de la comprendre et d’aller plus loin. Il ouvre des pistes nouvelles sur le comment (bien) travailler ensemble.


Vidéo Séquencée n°155
Amphi débat du 28 mai 2013 à l'UODC
Date d'édition : 6 septembre 2013
Durée : 1:32:40
Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de L'UODC,
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - septembre 2013 - reproduction interdite


Damien Cru
est ergonome et intervient en prévention des risques professionnels. Il est fondateur et consultant du cabinet AOSST (Approche organisationnelle de la santé au travail).

Il est également chercheur associé au LEEST (Laboratoire d’ergonomie et d’épistémologie de la santé au travail) de l'Université d’Angers, ancien professeur associé d’ergonomie à l’ISTIA (Institut des Sciences et Techniques de l’Ingénieur d’Angers), ancien responsable du pôle Santé & Travail de l'ARACT Ile-de-France.

Chargé de mission à l'Anact, il a été technicien de prévention dans le BTP pendant quinze ans.