Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°21
Durée totale : 0:45:16
Les commentaires
UODC | Ressources Humaines | Vidéo

État de la réforme de la formation professionnelle continue

Lecture, interprétations et commentaires d’un négociateur national

René Bagorski
Conseiller confédéral CGT chargé du suivi de la formation professionnelle

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant


Signé par l’ensemble des partenaires sociaux, l’ANI représente le fruit d’un compromis " où chacun se retrouve ", chacun selon ses intérêts et sa lecture. La CGT bien sûr ne déroge pas et René Bagorski de revenir sur les raisons du vote de sa confédération qui, en octobre 2003, fut qualifié " d’historique ".

Première étape et premier " pied dans la porte " pour la CGT : un " début " de droit attaché à la personne du salarié tout au long de sa vie professionnelle, pas totalement encadré par l’employeur.

Un maître mot de la négociation aussi : le " salarié acteur ", acteur de son parcours et de son évolution mais qui doit pour René Bagorski le rester dans le cadre de garanties collectives permettant de maintenir son " opérationnalité ".

Cette intervention a été l’occasion pour le conseiller confédéral de revenir sur la notion de " sécurité sociale professionnelle ", renvoyant à une logique de transférabilité d’un employeur à l’autre de ses droits acquis, mais aussi de pointer quelques risques et limites de l’accord, de la loi et des outils mis en oeuvre :

Orientation professionnelle ? Un chapitre présent dans l’ANI mais absent de la loi. Le passeport formation ? Un outil précieux mais un risque d’individualisation des parcours et des carrières. L’entretien professionnel ? Bien souvent confondu avec l’entretien annuel. Le contrat de professionnalisation ? Devrait concerner chaque salarié, quel que soit son âge et son niveau : dans les faits un retour au contrat de qualification.

Bref, de nettes avancées, mais aussi un retour à du rassurant, de l’existant. Un système en tout cas, celui de la formation professionnelle continue, aujourd’hui " mis à nu " et un grand besoin d’innovation et d’imagination.

Texte : Pierre Cécile


René Bagorski, conseiller confédéral CGT chargé du suivi de la formation professionnelle, élu au sein des deux réseaux interprofessionnels (AGEFOS-PME et FRANCE OPCAREG), président de l’Instance paritaire de coordination du réseau FRANCE OPCAREG (IPCO), élu au Fonds unique de péréquation (FUP) qui gère les excédents des OPCA.