Les séquences
Extrait découverte
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°169
Durée totale : 1:15:54
Les commentaires
UODC | Management | Vidéo

PSA : le management vu d'en bas, le management en question

Ghislaine Tormos
Monitrice au ferrage, déléguée du personnel chez PSA Poissy

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenante

Aulnay était l’une des usines les plus performantes du groupe PSA. Pendant 10 ans, cette usine modèle a bénéficié des méthodes les plus « modernes » de management : chantiers hoshin, Lean management, etc. Productivité, qualité, élimination des gaspillages ont été les maîtres mots. L’organisation du travail, le management, tout a bougé.

Le 12 juillet 2012, le président du directoire de PSA annonce la fermeture de cette usine emblématique du groupe PSA.
3000 emplois supprimés, sur un territoire où le taux de chômage dépasse 16 %.

Une histoire française, tant l’industrie automobile tient une place singulière dans ce pays.
En invitant Ghislaine Tormos, auteure du livre Le salaire de la vie. Notre travail coûte trop cher disent-ils (éditions Don Quichotte, janvier 2014), L’Université ouverte a fait le choix d’entendre le point de vue du travail sur cette histoire.


Ghislaine Tormos a été ouvrière au ferrage, puis monitrice (le premier maillon d'encadrement) et déléguée du personnel à l’usine automobile PSA d’Aulnay-sous-Bois pendant ces 10 années-là. Une femme dans un monde d’hommes.
Elle a un point de vue sur le travail, sur la qualité, sur la performance. Acéré, passionnant.
Le point de vue de ceux qui sont au plus près du travail n’est que très rarement entendu en France. Il est absent des médias, il est quasi inconnu du monde politique. Il est de moins en moins entendu par le management des entreprises et des organisations.
Il est en conflit avec d’autres points de vue : celui des actionnaires, celui du top management, parfois celui du politique, voire du syndical. Les questions de marché, de productivité, de qualité, de coût du travail, de concurrence sont présentes pour tout le monde. Mais ce conflit n’est presque jamais instruit sérieusement, simplement parce que le point de vue du travail n’est plus entendu.
Nous gageons que si ce conflit était sérieusement instruit, en mettant au centre la question de la qualité du travail, du travail bien fait, en osant le relier à la performance, notre pays s’en porterait mieux.


Vidéo séquencée n°169
Prise de vue : 4 mars 2014
Date d'édition : 8 octobre 2014
Durée : 1:15:54
Programmation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - octobre 2014 - reproduction interdite

Ghislaine Tormos est ouvrière, monitrice au ferrage chez PSA Poissy. Elle est aujourd'hui déléguée du personnel sans étiquette.

Elle a travaillé auparavant chez PSA Aulnay où elle a été recrutée en 2002 comme ouvrière et où elle a travaillé pendant dix ans, devenant monitrice, premier maillon d'encadrement d'une équipe de six personnes. Elle a été déléguée du personnel SIA (Syndicat indépendant de l'automobile) et a pris part à partir de juin 2012 aux luttes contre la fermeture annoncée d'Aulnay.

Elle a raconté son expérience dans l'ouvrage Le salaire de la vie. Notre travail coûte trop cher disent-ils, Éditions Don Quichotte, 2014.