Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°223
Durée totale : 1:38:35
Les commentaires
UODC | Management | Vidéo

Comment impliquer durablement des personnes dans une transformation ?

L’exemple de la ville de Loos-en-Gohelle

Jean-François Caron
Maire de Loos-en-Gohelle

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant

Impliquer les personnes dans une transformation ? Dans une entreprise, on consulterait les salariés, dans une ville on ferait de la « démocratie participative ». Jean-François Caron n’y croit pas. Alors comment transformer complètement une ville sinistrée comme Loos-en-Gohelle, 7000 habitants en plein pays minier ? Impliquer les personnes, les reconnaitre, leur donner du vrai pouvoir d'agir : c’est une volonté, mais aussi un sacré travail. Qui change tout.

À la fermeture de la dernière mine, ce qui est d’abord cassé à 
Loos-en-Gohelle, c’est l’estime de soi des habitants. Ils étaient l’élite ouvrière, les héritiers d’une histoire mythique, ils ne sont plus rien. Les sols sont pollués, la nappe phréatique irrécupérable, le paysage est sinistré, le chômage explose.
Cela a des conséquences sur le vivre ensemble, cela a des conséquences politiques : nous sommes à quelques kilomètres d’Hénin-Beaumont, qui vient d’élire un maire Front National.

Alors que faire lorsqu’on est le maire élu - puis très largement réélu - (Europe Ecologie Les Verts) d’une ville aussi atteinte ?

Impliquer les habitants dans la transformation de leur ville, travailler à l’implication habitante
Ce qui est tout le contraire de la « démocratie participative », qui pour Jean-François Caron incite à consommer de l’action publique comme on consomme des biens. 

Alors, comment donner du pouvoir d’agir aux habitants, les rendre plus pertinents, mais aussi plus impertinents ? 
C’est le travail de Jean-François Caron et de ses équipes municipales.
Qui a certains égards est sidérant.
Mais comment fait-il ? C’est le sens de son intervention à l’Uodc : rentrer dans l’épaisseur de ce travail.

Ce n’est pas pour rien qu’il travaille avec
Jeremy Rifkin et beaucoup d’autres, que Loos-en-Gohelle est devenue un terrain majeur de l’économie circulaire, de l’économie d’énergie et de matière.

La visée ? Créer localement toutes les conditions d’un monde durablement vivable. Et où il pourrait même faire bon vivre, même bien sûr à Loos-en-Gohelle.
L’Uodc est heureuse d'avoir pu entendre Jean-François Caron et débattre avec lui. Cet homme est à beaucoup d’égards unique.


Vidéo séquencée n°223
Prise de vue : 21 novembre 2017
Date d'édition : 02 février 2018
Durée : 1:38:35
Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - février 2018 - reproduction interdite

Jean-François Caroncadre de santé, kinésithérapeute, maire (EELV) de Loos-en-Gohelle, a fait de sa petite ville de 7000 habitants, une ville pilote de la transition énergétique et des modèles sociaux alternatifs.

Son modèle est centré sur le développement durable et repose en grande partie sur l’implication des citoyens et l’intelligence collective. En 2001, il lance un projet de ville durable qui a fait ses preuves : sa ville a été déclarée "commune de référence" de la COP21.

Jean-François Caron est vice-président de l’agglomération Lens-Liévin en charge de l’innovation et de la transition vers la Troisième révolution industrielle ; président du Centre de développement des éco-entreprises, et de l’association Lumiwatt sur le solaire.