Les prochains Amphis Débats
mardi 02 février 2010 à 18H00

Réseaux sociaux, réseaux professionnels

Les nouvelles formes de l'échange

Dans le domaine : Collectifs & Réseaux
Stéphane Hugon
Sociologue

Quelle place occupent aujourd'hui les réseaux sociaux ? Que s’y passe-t-il exactement ? Quels peuvent être leurs usages dans le monde du travail, dans les entreprises ?

Stéphane Hugon, qui a travaillé sur la construction du lien social et des identités dans les environnements en ligne et/ou techniquement assistés, s’efforce d’apporter des premières réponses claires à ces questions.

Parce que c’est l’un de ses centres majeurs de recherche et d’intérêt. Parce qu’il travaille très régulièrement avec des entreprises de nature très diverse. Et parce que les exemples qu’il utilise pour asseoir sa réflexion sont de première main.

Les réseaux sociaux révèlent et font apparaître de nouvelles formes de l'échange.

Comme souvent dans ce qui apparaît comme très neuf, les « réseaux sociaux » réactivent des formes parfois oubliées : celles du partage des connaissances entre pairs et de la controverse, dans les communautés professionnelles de métier. Et par certains aspects, certains réseaux sociaux ont quelque lien avec le mouvement des communautés de pratiques, auquel s’intéresse notamment l’Université ouverte des compétences.

Aujourd’hui, beaucoup de responsables s’interrogent : comment travailler avec la « Génération Y » ?

La place que commencent à occuper les outillages de réseaux sur un bureau, les glissements de frontière entre travail et hors travail qu’ils facilitent, le temps que chacun consacre à ces outillages (la simple messagerie !), pour le moins questionnent.

Pour Stéphane Hugon : « L'essentiel de ce qui fait une communauté, c'est le partage d'un imaginaire commun. Ce n'est pas le contenu de ce qui va s'échanger réellement. Avant tout il y a un protocole d'approche qui passe par des choses non rationnelles, qui sont dans le partage implicite de valeurs, de codes, de signes faibles ».

Stéphane Hugon est sociologue, responsable, depuis sept ans, du groupe de recherche sur la technologie et le quotidien de l'Université Paris V Sorbonne. Il est, par ailleurs, co-fondateur de la société d'études Eranos, spécialisée dans la prospection et l'identification des imaginaires sociaux contemporains.