Les prochains Amphis Débats
lundi 21 janvier 2013 à 19H00

La tolérance au chaos : un facteur d'efficacité ?

Dans le domaine : Travail
Vincent Desportes, Amar Drissi
Général, ancien directeur du Collège Interarmées de Défense (CID)-Directeur exécutif de l’Office Chérifien des Phosphates

Soirée événement organisée en partenariat avec l'Ecole de Paris du management.
Débat animé par Michel Berry, directeur de l'École de Paris du management et Jean Besançon, directeur de l'UODC.



Les jardins à la française ont marqué notre imaginaire collectif : dans les organisations, un effort considérable de normalisation, de définition des frontières et de contrôle est sans cesse renouvelé, au nom de la " rationalisation de la gestion ". Mais quand tout bouge vite, cette obsession du quadrillage est vaine, et la tolérance au chaos devient même un facteur d’efficacité. C’est ce que montreront les deux orateurs.

Autrefois, dans l’armée, on préparait des professionnels à agir selon des plans établis. Mais aujourd’hui, les hommes sont souvent mis dans une situation de total chaos, et cela de façon imprévisible, quoiqu’on en dise. D’où le paradoxe analysé par le général Desportes [3] : se préparer à être efficace, c’est entraîner les hommes à ce qui est incroyable, et qui pourtant arrive, et se démarquer des schémas d’obéissance à des registres préétablis qui ne fonctionnent plus.

Quand on conduit une transformation aussi radicale que celle de l’Office Chérifien des Phosphates, la plus grande entreprise marocaine et leader mondial des phosphates [4], on engage un processus partiellement erratique, avec des essais, des erreurs, et des incohérences. La direction a manifesté, revendiqué même, une tolérance au chaos, et a incité ses collaborateurs à en faire de même pour ne pas perdre confiance. Cela ne voulait pas dire tout laisser aller à vau-l’eau, mais fixer des repères d’une autre nature que les objectifs et les plans utilisés par temps calmes et horizons clairs…

 

[1] Saint-cyrien, issu de l'arme blindée et cavalerie, sa carrière a alterné affectations en unités de combat, en états-majors et diverses activités opérationnelles.
Ingénieur, titulaire d'un DEA de sociologie, d'un DESS d'administration des entreprises (CAAE), docteur en histoire, le général de division Desportes est aussi breveté de l'École supérieure de guerre et diplômé de l'United States Army War College, équivalent du Centre des hautes études militaires pour l'armée des États-Unis.
Attaché militaire près de l'Ambassade de France aux États-Unis d'Amérique, puis conseiller défense du Secrétaire général de la défense nationale (SGDN), il fut ensuite directeur du Centre de doctrine et d'emploi des forces (CDEF) jusqu'en juillet 2008.
Vincent Desportes est aussi co-directeur avec Jean-Francois Phelizon de la collection « Stratégies & doctrines » aux éditions Economica.
Le général Vincent Desportes prend la tête du Collège interarmées de défense (CID), de 2008 jusqu'à l'été 2010.
Conférencier, enseignant la stratégie à HEC, il est aujourd'hui conseiller spécial du président de Panhard et professeur associé à Sciences Po Paris.

[2]
Titulaire d’un MBA (Master of Business Administration) de Stern School of Business (New York University)‚ d’un doctorat de l’École polytechnique (Paris) et d’un doctorat de 3ème cycle en sciences sociales de l’université de Paris X ; son expérience professionnelle est à cheval sur la finance et l’industrie où il a occupé divers postes de responsabilités : administrateur/directeur général des Charbonnages du Maroc (7 000 personnes)‚ il y a mis en œuvre une restructuration majeure qui a fait date et dont diverses publications se sont fait l’écho (Journal de l'École de Paris‚ Gérer & Comprendre) ; vice-président de la CitiBank‚ il fut impliqué dans des activités de Project Finance‚ d’ingénierie financière)‚ et d’audit en particulier dans différents pays de l’Afrique Subsaharienne (Nigeria‚ Zambie…) ; directeur général de filiales et membre du comité directeur du groupe ONA‚ il a restructuré et redressé plusieurs grandes filiales‚ dont Lesieur et Centrale Laitière‚ tout en développant des alliances stratégiques avec des acteurs mondiaux (Cargill‚ Lever‚ Danone) ; il fut CEO de Dubaï Industrial‚ filiale de Dubaï Holding‚ fonds d’investissement spécialisé dans le private equity et le capital-développement dans l’industrie ; depuis 2008‚ il est directeur exécutif à OCP en charge du pôle industriel (mine et chimie).

[3]
Vincent Desportes, Décider dans l’incertitude (Économica, 2004 / 2e édition : 2007)
[4]
Transformation analysée par un ouvrage de Pascal Croset en collaboration avec l’École de Paris, L'ambition au cœur de la transformation. Une leçon de management venue du sud, préface de Mostafa Terrab (Dunod, 2012)

 

Lieu : Paris 11
Horaires
: de 19h à 21h15 (soirée événement suivie d'un buffet)

Accès réservé aux abonnés de l'Université ouverte des compétences.
Attention, places limitées !