Voir la vidéo séquencée de cet amphi débat
Les prochains Amphis Débats
mardi 31 janvier 2012 à 18H00

Communautés et réseaux, innovations et performance

L’expérience de l’entreprise Solvay

Dans le domaine : Collectifs & Réseaux
Philippe Drouillon
Manager de l'amélioration des performances et de l'organisation chez Solvay

Philippe Drouillon est d’abord un homme de métier - chercheur en chimie - dans une très grande entreprise : Solvay.

Solvay, c’est apparemment la « vieille » industrie. Fondée en Belgique au XIXème siècle, implantée mondialement (40 pays), elle emploie plus de 30 000 personnes au sein de trois branches d’activité : la chimie, le plastique, et Rhodia, récemment rachetée.

Depuis une dizaine d’années, Philippe Drouillon est chez Solvay en charge de la gestion de l’information et des connaissances, de l’animation des réseaux et des communautés d’experts, de la stimulation de l’innovation. Dit autrement : c’est l’homme de l’amélioration des performances.

Solvay est une entreprise industrielle, avec des usines, une longue histoire, des investissements en capitaux, des stratégies de long terme, une implantation mondiale. Nous ne sommes pas dans le monde des entreprises dites du 3ème millénaire, où tout ne serait que réseaux et services immatériels.

C’est pourquoi, il a semblé particulièrement intéressant à l’Université ouverte de comprendre - dans cette « vieille industrie » - comment un usage intelligent, fûté, astucieux des réseaux, des communautés de pratiques, du partage des connaissances pratiques en situation pouvait être fructueux.

Pour les professionnels concernés, pour la qualité du travail, pour l’entreprise et sa performance, pour l’innovation.

Quels sont les moyens qui sont employés chez Solvay ? High Tech et plateformes sur Smartphones à tous les étages ?
Pas du tout.
Chez Solvay, il semble - à confirmer bien sûr - que l’on tente d’inventer l’avenir avec un peu de mémoire. Dont celle de ce qui pouvait se partager dans les communautés de métiers, avant.

Dans une entreprise de taille mondiale, cela peut donner : comment faire se parler entre eux des responsables de maintenance d’usines installées en Catalogne, en Italie, en France et ailleurs ?

C’est de cela dont Philippe Drouillon va nous entretenir.
Nous sommes particulièrement heureux de le recevoir. Parce que c’est un homme de métier et d’expérience. Parce qu’il viendra spécialement de Bruxelles débattre avec nous et qu’il parle sans langue de bois, litote…
Il a l'expérience de ce qui n’a pas marché, de ce qui coince, des baronnies verticales, bref, de la vie ordinaire des entreprises.

Il se pourrait même que l’amphi-débat du 31 janvier se déroule de manière un peu spéciale ! Philippe Drouillon ne déteste pas bousculer les habitudes : c’est son métier.

Jean Besançon,
Directeur de l’Université ouverte des compétences