Les prochains Amphis Débats
Laure Schneider
mardi 26 septembre 2017
Bruno Bertoli (sous réserve)
mardi 17 octobre 2017
mardi 07 février 2017 à 18H00

Comment diriger un organisme de formation aujourd'hui ?

Dans le domaine : Compétences & Formation
Sandrine Vincent
Directrice des opérations de l'Afpols

Comment passer d’un métier où la réponse est la formation, à un métier où la réponse est un éventail de possibles pour développer des compétences ? Cette transformation traverse tous les métiers de la formation. Elle devrait ébranler au premier chef ses commanditaires : entreprises, collectivités territoriales, Pôle Emploi... Elle prend de plein fouet toutes celles et ceux qui dirigent un organisme de formation. Dans un paysage français chamboulé par la loi du 5 mars 2014.


Pour les organismes de formation, l’injonction aujourd’hui est simple : être capable de tout bien faire, vite, collectivement individualisé et adapté à la situation de travail de chacun, et pas cher...

Dans le même temps, les ressources allouées à la formation ont fortement diminué.
Pourquoi ?
Parce chaque organisme de formation a dû détourner les ressources théoriquement allouées à la formation pour répondre aux innombrables obligations bureaucratiques empilées depuis 30 ans sur les actions de formation. Une part importante de l’argent de la formation va à l’administratif de la formation, à répondre à des appels d’offres (quasi inexistants il y a 30 ans), à remplir d'innombrables obligations de reporting et de contrôle.

Enfin, étrangement, la loi du 5 mars 2014 réformant la formation professionnelle ne dit pas un mot sur les formateurs, c’est-à-dire sur ceux qui font le travail.

Alors, dans ce cadre, comment diriger un organisme de formation aujourd’hui ?
Un challenge, c’est peu de le dire.
D’autant que les responsables savent bien que la réponse aux questions de compétences des personnes au travail, ce n’est plus nécessairement « la formation ». Comme cela l’a été pendant longtemps en France. Une illustration ? Peut-être que l’équation « 500 000 chômeurs, 500 000 places en formation » paraîtra un peu étrange dans quelques années.

Le modèle économique de la formation change dans une société qui demande de l’immédiateté : la durée moyenne d’une action de formation a été divisée par 3 en 40 ans. Et pourtant la maîtrise d’un métier, des gestes du métier, la mise en rapport avec le travail réel demande toujours du temps. La compétitivité d’un pays a plus d’un lien avec les compétences au travail de celles et ceux qui font le travail.

Le monde de la formation s’est appauvri, le métier de formateur aussi : un cours finalement assez scolaire dans une salle, ce n’est pas cher.

Sandrine Vincent n’ignore rien de cette complexité.
C’est une manageuse, une dirigeante qui s’efforce de regarder loin devant. Avec le recul d’une longue expérience. Avec une lucidité passionnante sur les défis posés à la formation.

L’Uodc est heureuse d’organiser un tel événement, au cœur de l’actualité.

Jean Besançon

Directeur de l'Uodc


  • Sandrine Vincent est une praticienne - et une experte - des questions de formation professionnelle. Elle a notamment été responsable formation pendant 5 ans de Veolia Nettoyage et multiservices, coordonné le réseau des Campus de Veolia Environnement, puis dirigé les politiques d'emploi, de diversité et de GPEC de Veolia.
    Elle est aujourd'hui la Directrice opérationnelle de l'Afpols.
    Elle est membre du comité de rédaction d’Education Permanente, la revue francophone de référence en formation des adultes.
    Elle a contribué au travail d'analyse réalisé par la 32ème promotion des auditeurs de l'INTEFP (Institut national du travail de l'emploi et de la formation professionnelle) : Les jeunes, le travail et l'emploi (éditions liaisons sociales, 2014).

  • L'Afpols, Association pour la formation professionnelle continue des organismes de logement social, est le leader de la formation du secteur du logement social, 9m € de CA et plus de 12000 stagiaires par an.
    Elle a pour objet principal la formation et le développement des compétences des personnes et structures intervenant dans le domaine du logement social. À cet effet l’Afpols met en œuvre des actions de formation, de professionnalisation, d’accompagnement, de conseil, d’étude ou tout autre action qui concourt au développement du professionnalisme des acteurs de l’habitat social.