Les prochains Amphis Débats
Anousheh Karvar et Sandra Enlart
mardi 30 mai 2017
vendredi 05 mai 2017

Le facility management ou le travail au service du travail

Dans le domaine : Management

L'externalisation croissante des services généraux, ces activités qui ne sont pas le cœur de métier de l'entreprise a créé un véritable secteur, peu connu du grand public en tant que B to B. L'agent de propreté, le vigile, le déménageur, l'hôtesse sont ces producteurs en back office de services indispensables au travail des autres. Dans un article publié dans "La revue cadres", repris avec son autorisation par Metis, Xavier Baron donne son analyse de l'émergence du Facility management.

L'émergence du facility management (FM) est une illustration de la mutation de nos économies vers des logiques systémiques servicielles, intégrant le développement durable et les opportunités de la digitalisation. Pour une performance accrue, il promeut l'intégration de l'ensemble des services aux immeubles et aux occupants des espaces de travail, multi techniques (énergie, climatisation, électricité, espaces verts...) et multiservices (accueil, propreté, sécurité, conciergeries...). Le syndicat professionnel révèle que le marché global des activités de services aux entreprises et aux administrations représente, côté prestataires, l'équivalent d'un million de salariés à temps plein, cinq cents milliards d'euros, soit l'équivalent du quart du PIB français (Sypemi.com).

L'organisation émergente de ce secteur d'avenir est pourtant contrariée. Relevant de l'économie de l'usage et de la logique servicielle, ce secteur est emblématique de la difficulté de construire un modèle d'affaire correspondant à son modèle économique. Les mécaniques de gestion empêchent de prendre la mesure des mutations du travail du fait de la dématérialisation croissante de la production et des enjeux de productivité. Il est sous-valorisé en même temps qu'il est de plus en plus sous-traité. Objet d'échanges marchands, ce travail est sous-managé pour des enjeux de coûts, de plus en plus prescrit pour les besoins d'un contract management largement construit sur la défiance, dans un contexte de concurrence exacerbé.
 
La valeur ajoutée du FM dépasse en effet largement celle portée par la définition intrinsèque des services : une mise à disposition temporaire d'équipements ou de compétences. Elle est dans une capacité à modifier favorablement l'état des bénéficiaires finaux...

Lire la suite de l'article de Xavier Baron sur Metis


Metis, correspondances européenne du travail est un journal en ligne, engagé et indépendant. Il a pour projet de contribuer au débat nécessaire que suscitent les mutations qui affectent le monde du travail en Europe. Parce que les questions du travail sont au cœur de la vie démocratique, Metis pense qu'elles conditionnent la « reprise » du projet européen et la constitution d'une Europe sociale.


Xavier Baron est intervenu en 2012 à l'Université ouverte des compétences : "La performance collective. Repenser l’organisation des travailleurs du savoir", vidéo séquencée n°163, mars 2014