Les prochains Amphis Débats
vendredi 17 novembre 2017

Fabriquer et réparer : l'intelligence de la main

Dans le domaine : Travail

Le travail manuel parait sans intérêt par rapport au travail de l'esprit. Répétitif, routinier et dénué de réflexion sur ses finalités, il provoquerait même un appauvrissement de l'intelligence.

Des auteurs comme R. Sennett et M. Crawford nous démontrent au contraire toute la richesse et l'intérêt de travailler en direct sur les objets ! Réparer des objets ou en fabriquer nous permettrait même d'accéder à plus de liberté.

Matthew Crawford a obtenu des diplômes de physique et de philosophie politique. Il a travaillé quelques mois dans un think tank, avant de bifurquer radicalement et d'ouvrir un atelier de réparation de deux roues à moteur. Depuis 2010, année de publication de l'éloge du carburateur, il raconte régulièrement cette histoire. Les think-tank visent à projeter une image de rationalité, mais il ne s'agit pas de penser ! Bien au contraire, Matthew Crawford devait produire des raisonnements dans la ligne et le positionnement du think tank.

L'auteur porte une critique assez forte sur ces environnements de travail où l'on ne produit rien qui ait du sens. Il regarde aussi avec inquiétude les objets de ce siècle qui donnent l'illusion de liberté en nous sollicitant régulièrement pour nous proposer des choix. Cette conception libérale d'une liberté qui serait d'autant plus forte qu'on aurait plus de choix est issue du marketing. Elle mobilise l'attention et empêche de se concentrer ou de se poser la question du sens.

Comme Y. Citton, Matthew Crawford appelle à une écologie de l'attention qui permettrait à chacun de mobiliser son esprit sur une activité...

Lire la suite de l'article de Frédéric Duriez


Thot Cursus est réalisé par une équipe dont les membres mutualisent leurs compétences en éducation, formation, multimédia, formation à distance, au plus près des évolutions pédagogiques et techniques dans toutes les disciplines et tous les champs professionnels...