Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°218
Durée totale : 1:08:33
Les commentaires
UODC | Transitions & emploi | Vidéo

Comment un territoire pourrait venir à bout du chômage de longue durée ?

Louis Gallois
Président de la Fédération des acteurs de la solidarité

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant

En France, plus de 2 400 000 personnes sont au chômage depuis plus d’un an : leur nombre a explosé en dix ans, leur chance de retrouver un emploi très faible. Pas assez de travail, pas assez d’argent, trop de personnes devenus inemployables : pour renverser la table, parce que c’est insupportable de condamner tant d’êtres humains à l’inutilité, que faut-il faire ?

ATD Quart Monde s’est mobilisée sur un projet : éradiquer le chômage longue durée. Elle a réussi à faire voter une loi à l’unanimité, début 2016, pour lancer une expérimentation sur 10 territoires.
Et Louis Gallois, que l’on ne présente plus (haut fonctionnaire puis dirigeant de la Snecma, d’Aérospatiale, de la SNCF, d’EADS - Airbus, auteur d’un fameux rapport sur la compétitivité en 2012, Président de la Fédération des acteurs de la solidarité - ex-Fnars -, etc.) a pris la présidence de l’Association de gestion du Fonds d’expérimentation zéro chômeur.
Pour aider à vaincre la sédimentation de décennies de mesures inefficaces, une personnalité de poids, parfois…

Alors l’expérimentation zéro chômeurs longue durée, c’est quoi ?
3 principes, une exigence, un objectif :
Les trois principes ? Tout le monde est employable, il y a du travail utile et non rémunérateur à foison, il y a de l’argent public disponible.

L’exigence ? On ne part que sur un territoire volontaire, et sur ce territoire, avec un véritable accord de tous les acteurs pour se lancer : les élus, les entreprises, les partenaires sociaux, le tissu associatif. 

L’objectif ? Tous les chômeurs longue durée du territoire sont contactés personnellement. À chacun est proposé - s’il est volontaire - un emploi rémunéré au Smic. L’employeur est une entreprise dont le produit est… l’emploi (EBE), créée ad hoc sur le territoire. Cette entreprise ne peut concurrencer l’emploi existant, mais récupère l’argent public économisé par la mise en activité de la personne. 
Parce qu’un chômeur longue durée coûte de 15 à 20 000 € à la collectivité, soit quasiment le coût d’un Smic. 

L’expérimentation se veut très modeste. Sur dix territoires de petite taille (6 à 10 000 personnes) : un quartier dans une ville (Villeurbanne), 40 petites communes rurales dans le Sud Toulois, etc.

La visée ? Au bout de 2 ans d’expérimentation, des premiers enseignements devraient être tirés. Non pas pour une « généralisation », cela ne marche jamais, la question du volontariat est absolument centrale, mais pour une extension. Déjà 80 nouveaux territoires sont volontaires et réunis dans une association.

Alors, Louis Gallois et toutes les équipes engagées dans ce projet vont-ils trouver une martingale efficiente ? L’homme est aussi modeste qu’engagé : « personne ne sait si ça va marcher… ».

Nous avons la profonde conviction que notre société ne résistera pas à ce que de millions de nos concitoyens soient si mal traités. Aussi, l’Uodc a été heureuse de commencer la saison 2017-2018 en vous invitant à débattre avec un homme aussi passionnant d’une question aussi brûlante.


Vidéo séquencée n°218
Prise de vue : 12 septembre 2017
Date d'édition : 13 octobre 2017
Durée : 1:08:33
Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - octobre 2017 - reproduction interdite

Diplômé d’HEC et de l’ENA, Louis Gallois a exercé à la Direction du Trésor avant de devenir, en 1981, directeur de cabinet de Jean-Pierre Chevènement au Ministère de la Recherche et de la Technologie, puis Directeur Général de l’Industrie au Ministère de l’Industrie.

Il a ensuite occupé les fonctions de Président Directeur Général de Snecma puis d’Aerospatiale. Président de la SNCF de 1996 à 2006, il prend par la suite la présidence du groupe EADS jusqu’en mai 2012.

Depuis 2014, Louis Gallois est président du conseil de surveillance de
PSA Peugeot Citroën.

En octobre 2011, il prend la présidence de La Fabrique de l'Industrie, lieu de réflexion et de débat qui travaille de façon approfondie et pluridisciplinaire sur la réalité et les perspectives de l’industrie en France et en Europe, sur l’attractivité de ses métiers, sur ses relations avec les diverses parties prenantes, sur les opportunités et les défis liés à la mondialisation.

Il est également président de la Fédération des acteurs de la solidarité qui fédère 870 associations d’accueil et de réinsertion sociale qui vont vers et accueillent les plus démunis et gèrent près de 2 800 structures. La fédération promeut le travail social, ouvre des espaces d'échanges entre tous les acteurs du secteur social, et défend la participation des personnes en situation d’exclusion à la réflexion sur les politiques publiques qui les concernent.