Les séquences
Extrait découverte
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°126
Durée totale : 1:00:22
Les commentaires
UODC | Éducation | Vidéo

L’emprise du diplôme sur la société. La méritocratie contre la cohésion sociale

Marie Duru-Bellat
Sociologue, professeur de sociologie à Sciences Po Paris

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenante


Rien ne prouve a priori qu’une école ouverte et équitable produise une société plus mobile et plus juste
. Rien ne prouve que le système apparemment « méritocratique et juste » du diplôme soit facteur d’égalité dans une société. Et pour être précis : au contraire.

Les analyses et les très fines comparaisons internationales menées par Marie Duru-Bellat, François Dubet et Antoine Vérétout sont redoutables pour beaucoup de nos illusions « franco-républicaines » sur l’école. Ces « allant-de-soi » qui obscurcissent la pensée et empêchent d’agir utilement.

Ces analyses semblent cruelles lorsque les auteurs nous montrent ce que la « passion » française du diplôme, de la certification, de l’obligation d’un parcours scolaire parfaitement réussi pour espérer atteindre une place sociale convenable pouvait avoir comme effets pervers, à l’échelle d’une société. En terme de cohésion sociale, d’égalité des chances, de sentiment de justice, de sens du vivre ensemble.

En 2011, cette question ne concerne pas que l’école. Elle est plus actuelle que jamais. Elle concerne aussi le monde du travail, avec son fameux triptyque qualification / certification / classification. Triptyque parfaitement cohérent avec l’organisation sociale de la société française.
Elle concerne la société tout entière. D’autant plus que le politique paraît ne plus avoir de prise sur l’économie dans le monde d’aujourd’hui. Du coup, l’école (comme la justice ou la sécurité) apparaît comme l’un des derniers bastions où le politique parle d’agir.

« (…) De manière générale, nous exigeons d’autant plus de l’école et des systèmes de formation que nous avons le sentiment que les États nationaux n’ont plus la pleine maîtrise de leur destin économique ; ayant l’impression de ne pouvoir maîtriser la mondialisation qui paraît tout emporter, nous attendons de l’éducation scolaire qu’elle nous donne ou nous redonne la capacité de peser sur nos destins collectifs.
C’est en ce sens que l’école est investie d’un devoir de salut et qu’il n’est pas un problème social auquel elle ne doive apporter des réponses.
Ces attentes et ces croyances sont aujourd’hui si fortement ancrées qu’il semble presque incongru de les discuter. »
(Les sociétés et leur école, 2010)


Vidéo Séquencée n°126
Prise de vue : 18 mai 2011
Date d'édition : 21 septembre 2011
Durée : 1:00:22
Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences - Club Stratégies.
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - septembre 2011 - reproduction interdite

Màj 07/10/14


Marie Duru-Bellat
est professeure des universités et enseigne la sociologie à Sciences Po.

Elle est chercheuse à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po / CNRS), où elle a la responsabilité du programme doctoral.


Elle est docteure honoris causa de l'Université de Genève.

Elle présente dans le cadre de la présente Vidéo documentée séquencée les résultats d'une recherche financée par l’ANR (Agence nationale de recherche) - travail comparatif international sur le thème « École et cohésion sociale » - EDESCO, en collaboration avec le LEST (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail), François Dubet (Bordeaux II - EHESS), Andy Green (London institute of education) et Nathalie Mons (Laboratoire des sciences de l'éducation, Université Grenoble II).

Cette recherche a donné lieu, avec François Dubet et Antoine Vérétout, à la publication de l'ouvrage Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale (Seuil, 2010).

Parmi les autres publications de Marie Duru-Bellat : Les sentiments de justice à et sur l'école, avec Denis Meuret (Éditions de Boeck Université, 2009) ; Le mérite contre la justice (Les Presses de Sciences Po, 2009) ; L'inflation scolaire : Les désillusions de la méritocratie (Seuil, 2006) ; Les Inégalités sociales à l'école. Genèse et mythes (PUF, 2002) ; L'Hypocrisie scolaire : pour un collège enfin démocratique avec François Dubet (Seuil, 2000).

Lien périmé, remarques, suggestions ?
Merci de nous écrire en mentionnant la vidéo !