Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°215
Durée totale : 1:33:03
Les commentaires

Repenser les liens entre le travail et la formation

Une histoire sociale, des pistes pour l’action

Yves Lichtenberger
Sociologue, professeur émérite à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant

Aujourd’hui, un salarié a accès à 12 h de formation par an en moyenne. Soit… 1,4 h de plus qu’en 1974, sic. Les discours sur la formation tout au long de la vie sont magnifiques : le réel c’est que la formation professionnelle continue en France, ça ne marche pas. Et tout serait réglé par la formation initiale ? Alors que le travail aujourd’hui demande responsabilité, implication, coopération, agilité d’adaptation ?

Yves Lichtenberger est l’un des plus justement respectés acteurs de la formation professionnelle en France. Syndicaliste, chercheur, directeur du Céreq, professeur, président d’Université, il a acquis une hauteur et une acuité de vue exceptionnelle qu’il met en débat avec bonheur.

Avec lui, nous allons comprendre pourquoi la formation professionnelle ne marche pas, pourquoi elle ne permet pas aux personnes de progresser. Et pourquoi elle sert si peu - sauf exception - au développement de la qualité du travail et de la performance des entreprises.
Cela dans un pays où la connaissance est sacralisée, mais la capacité à agir de manière pertinente en situation… beaucoup moins.

Alors, comment sortir de cette impasse dommageable à tous : à ceux qui travaillent, aux entreprises, aux organisations, au pays ?

Les pistes que dessine Yves Lichtenberger sont du côté d’un lien puissant à rétablir entre le travail et la formation : dès la formation initiale, dès l’Université. Un lien qui s’est perdu il y a longtemps. En n’oubliant jamais le destinataire du travail : l’usager, le client qui lui donne tout son sens. Elles sont argumentées dans un remarquable article de la revue Droit Social (Éd. Dalloz) : « Entre travail et formation, la valeur de l’expérience » (Déc. 2016).

Un grand moment que de l’entendre et débattre avec lui.


Vidéo séquencée n°215
Prise de vue : 25 avril 2017
Date d'édition : 24 juillet 2017
Durée : 1:33:03
Programmation et animation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - juillet 2017 - reproduction interdite

Yves Lichtenberger est sociologue. Ses domaines de recherche concernent l’évolution des organisations du travail, des relations professionnelles et des modes de formation et de qualifications professionnelles. Il a particulièrement étudié la mise en œuvre de démarches de gestion par les compétences dans plusieurs grandes entreprises industrielles et de service.

Professeur de 1994 à 2012 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée qu’il a présidé de 2002 à 2007, Yves Lichtenberger a été président fondateur de l’Université Paris-Est (PRES-COMUE), co-fondateur du Master « Management des compétences et organisations » (1998-2002) et également directeur des Programme d’investissement d’avenir « Emploi égalité des chances » au CGI (2010 -2014), du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) (1989-1994), et du programme « Technologie - emploi - travail » (1984-1994) au ministère de la Recherche.