Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°177
Durée totale : 1:24:30
Les commentaires

Pourquoi les hommes travaillent

Les voies de la reconnaissance et de l’existence au travail

Guy Jobert
Professeur émérite au CNAM, professeur honoraire à l'Université de Genève

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenant

L'amphi débat dont est issue la présente Vidéo séquencée a été organisé en partenariat entre la revue Éducation Permanente et L’Université ouverte des compétences.

Pourquoi la reconnaissance est si importante ? Pourquoi tout le monde est en quête de reconnaissance ?
Et pourquoi y a-t-il si peu de reconnaissance au travail ?

Guy Jobert aborde cette question en ethnologue. Il travaille pendant 3 ans au plus près de la « tribu » des agents de conduite des centrales nucléaires françaises. Ce sont eux qui ont la main sur les manettes dans les salles de commande. Un monde saturé de consignes, où travailler devrait simplement consister à appliquer ce qui est prescrit.

Et il est confronté à cette énigme que personne ne comprend au sein d’EDF, du haut en bas de la hiérarchie : les agents de conduite, plutôt convenablement payés, se plaignent tout le temps. Et tout le monde dans cette très grande entreprise se plaint d’eux, jusqu’à la haine.

Comment cela est-il possible ?


Dans un livre hors du commun, qui se lit comme un roman policier, Exister au travail: les hommes du nucléaire (Éditions Érès, 2014), Guy Jobert nous fait partager sa plongée dans le travail, à la recherche de la solution de l’énigme.

Et ce qu’il découvre après 3 ans d’intervention et de recherche est un universel.

Et, comme toutes les grandes découvertes, elle semble « évidente ». Mais pourquoi personne ne voit les évidences ? Seconde énigme...

Les conséquences de ses découvertes sont considérables dans la pratique.

En particulier pour toutes celles et ceux dont le métier est de travailler sur les questions de compétences, de management, de souffrance au travail, de difficulté à travailler ensemble.

Cela bouscule quelques évidences, par exemple en matière de formation. Guy Jobert avait commencé à les secouer lors d’une mémorable intervention à l’UODC, le 28 juin 2011.

L’UODC et Éducation Permanente ont été particulièrement heureuses d’organiser ensemble ce qui fut un très grand moment.




Vidéo séquencée n°177
Amphi débat du 25 janvier 2014
Date d'édition : 20 avril 2015
Durée : 1:24:30
Programmation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences, Daniel Wilk, Éducation Permanente
Réalisation et édition : Pierre Cécile

© Pratiques & Stratégies - avril 2015 - reproduction interdite

Guy Jobert est professeur émérite au CNAM, Conservatoire national des arts et métiers, ancien titulaire de la chaire de formation des adultes.

Il est professeur honoraire en sciences de l'éducation à l'Université de Genève.

Il dirige la revue Éducation Permanente, première revue francophone de recherche dans le champ de la formation d'adultes, créée en 1969 par Bertrand Schwartz.

Guy Jobert est membre du Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD).

Il a publié de nombreux articles. En 2014, il publie Exister au travail : Les hommes du nucléaire (Édition Erès, coll. Clinique du travail), fruit de nombreuses années d'interventions comme psychosociologue et consultant dans les centrales nucléaires françaises.

Lien périmé, remarques, suggestions ?
Merci de nous écrire en mentionnant la vidéo !