Les séquences
Extrait découverte
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°162
Durée totale : 1:23:46
Les commentaires
UODC | Compétences | Vidéo

Le Compte Personnel de Formation

Fondements et questions-clés

Jean-Marie Marx
Président de la Concertation sur la mise en œuvre du CPF, directeur de l'APEC

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo
  • Intervenant


L'amphi débat dont est issue la présente Vidéo séquencée a été organisé en partenariat entre la revue Éducation Permanente et L’Université ouverte des compétences.


Le Compte personnel de formation (CPF) est la mesure emblématique de l’accord national interprofessionnel (ANI) sur la formation professionnelle du 14 décembre 2013 [1] et de la Loi Sapin 2014 sur la formation professionnelle.

Il s’inscrit dans une tendance longue : celle d’ouvrir un droit pour chaque citoyen de ce pays à accéder à la formation permanente.
Pourtant, l’existence d’un droit individuel ne suffit pas à en garantir l’usage. Le DIF [2] (Droit Individuel à la Formation) - que le CPF élargit et remplace - n’a pas fait recette en 10 ans. Il n’est utilisé que par moins de 6% des salariés, pour une durée moyenne de formation d’une vingtaine d’heures. Il n’a pas non plus réduit les inégalités d’accès à la formation (source : Cereq).

« Un adulte ne se formera que s’il trouve dans la formation une réponse à ses problèmes, dans sa situation » disait Bertrand Schwartz, en 1973.

Son lumineux théorème est une boussole. Un aiguillon pour la manière dont chacun des acteurs de la formation professionnelle (politiques, partenaires sociaux, entreprises, collectivités territoriales, OPCA, organismes de formation) va contribuer à faire vivre ce nouveau droit des citoyens.

Dans ce cadre, l’Université ouverte des compétences et Éducation Permanente - qui avaient co-organisé « l’Appel d’air du 18 juin 2013 pour une vraie réforme de la formation professionnelle » [3] - pensent qu’il est urgent de regarder loin devant. De sortir des interminables débats d’experts sur la tuyauterie des circuits de financement de la formation professionnelle. De tracer de nouvelles pistes, d’imaginer ce qui pourrait se passer si les citoyens pouvaient s’emparer de ce droit à trouver des réponses à leurs problèmes, dans leur situation.

Jean-Marie Marx - qui a présidé d’une manière unanimement saluée de septembre à décembre 2013 la concertation quadripartite sur la mise en œuvre du compte de formation - a accepté notre invitation. Pas pour évoquer tous les détails d’une négociation qui fut dense, mais pour en retracer le sens, de son point de vue. Et, surtout, pour commencer à tracer - et débattre - les pistes d’action qui lui paraissent pertinentes pour que ce nouveau droit n’ait pas seulement un sens.
Pour qu’il soit effectif.

Jean Besançon, directeur de l’Université ouverte des compétences
Guy Jobert & Daniel Wilk, Éducation Permanente

[1] ANI (Accord National Interprofessionnel) du 14 décembre 2013, ratifié par la CFDT, FO, la CFE-CCGC, la CFTC, le MEDEF et l’UPA.
[2]
DIF, Droit Individuel à la Formation, instauré par l’ANI du 5 décembre 2003
[3]
Sandra Enlart, Alain Meignant et Catherine Nasser, Pour une vraie réforme de la formation professionnelle continue. Propositions concrètes à l’usage des décideurs, VDS n°157, octobre 2013


Vidéo séquencée n°162
Amphi débat du 28 janvier 2014
Date d'édition : 12 février 2014
Durée : 1:23:46
Programmation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences, Daniel Wilk, Éducation Permanente
Réalisation et édition : Pierre Cécile

Collaboration éditoriale : Philippe Masse
© Pratiques & Stratégies - février 2014 - reproduction interdite

 


Jean-Marie Marx est depuis le 1er juillet 2012 le directeur général de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres).

Il se voit confier le 23 juillet 2013 par Michel Sapin, Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, la présidence de la Concertation quadripartite sur la mise en œuvre du Compte Personnel de Formation (CPF).

Il a co-rédigé avec Bertrand Deumie et Sylvie Vidal le rapport intitulé La formation professionnelle des demandeurs d’emploi pour Laurent Wauquiez (secrétaire d’État chargé de l’Emploi de 2008 à 2010), publié en 2010.

Ingénieur des ponts, des eaux et des forêts (IGPEF), jean-Marie Marx a dirigé l'Agefaforia (Opcalin depuis sept. 2011), organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) des industries alimentaires, de la coopération agricole et de l’alimentation en détail (2009-2012).

Il a aussi été directeur général adjoint (2000-2008), puis directeur général délégué, de l’ANPE (2008-2009), et conseiller de Martine Aubry (ministre de l’Emploi de 1997 à 2000).