Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°80
Durée totale : 0:35:49
UODC | Compétences | Vidéo

La formation professionnelle en entreprise : la fin d’un modèle

Sandra Enlart
Directrice générale d'Entreprise & Personnel

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenante


Le propos est dense, clair, net, concis. Il n’est pas destiné à plaire, mais à provoquer la réflexion
. Après 40 ans de recherches, de créativité, d’inventions et de pratiques : la formation, finalement, à quoi sert-elle ?

Souvent à rien, ou pas à grand chose !

Au moins dans les grandes entreprises, monde que Sandra Enlart (et Monique Bénaily qui a co-écrit l’ouvrage, La fonction formation en péril : de la nécessité d'un modèle en rupture, qui a servi de point d’ancrage à son intervention au Club Stratégies) connaissent bien. Et auquel Sandra Enlart, avec les précautions d’usage, limite son propos. L’histoire dans les TPE et les PME s’écrit, peut-être, différemment.

Et pourtant la formation professionnelle dans les grandes entreprises continue sur sa lancée : " On est tous très content d'avoir des formations un peu plaquées et qui ne font pas de mal ". " Cela permet de prendre l’air, de souffler un bon coup, d’écouter quelqu’un de plus ou moins intéressant ".

Mais quelle est l’emprise de la formation sur la réalité de ce que les gens font ? Sur leurs compétences en situation de travail ?
Il semble qu’un drôle de consensus se dégage pour que finalement la formation reste quelque chose qui ne fasse pas de mal. C'est-à-dire qui ne dérange pas l’organisation. Le propos est iconoclaste, l’analyse finement développée par Sandra Enlart dérange.

Elle retrace une histoire qui a commencé dans les lumières des années 1960, fait le constat lucide des déceptions et des assujettissements de la fonction formation (au moins dans le monde des grandes entreprises) et… esquisse les premières pistes de ce qui pourrait être une toute autre manière de concevoir et d’agir en matière de formation.
Nous sommes loin des mécanos financiers de l’actualité de la réforme de la formation professionnelle. Mais sans doute beaucoup plus proches des réalités aujourd’hui rencontrées sur le terrain. Et des constats que peuvent partager lucidement un certain nombre de chercheurs, de praticiens et de femmes et d’hommes d’entreprise, lorsque la langue de bois n’est plus de mise.

Et demain ? Il faudrait pouvoir Imaginer " comment les individus vont se saisir des situations qu’ils vivent, pour en faire des opportunités d'apprentissage ". L’ambition est immense. Et le chantier ouvert.



Vidéo Documentée Séquencée (VDS) n°80
Prise de vue : 09 décembre 2008
Date d'édition : 24 décembre 2008
Durée : 0:35:49
Programmation et animation : Jean Besançon,
directeur de L'Université ouverte des compétences - Club Stratégies
Réalisation et édition : Pierre Cécile
© Pratiques & Stratégies - décembre 2008 - reproduction interdite


màj 21/04/11


Sandra Enlart
est directrice générale d'Entreprise & Personnel, professeure en sciences de l'éducation à l'Université de Genève, co-auteure, avec Monique Bénaily, de l’ouvrage La fonction formation en péril : de la nécessité d'un modèle en rupture (Éditions Groupe Liaisons, janvier 2008).