Les séquences
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
Vidéo séquencée n°178
Durée totale : 1:30:37
Les commentaires
UODC | Collectifs | Vidéo

Comment faire travailler ensemble des personnes pour produire une œuvre ?

De la vie dans le travail !

Ariane Mnouchkine
Metteure en scène de théâtre, animatrice du Théâtre du Soleil

Pour accéder à ce contenu, merci de vous identifier :

Miniature
  • Point-clés
  • Liens & documents
  • Pourquoi cette vidéo ?
  • Intervenante

« Pour maintenir ensemble des peuples, il te faut faire des œuvres.» La Bhagavad Gita.

L’histoire dans laquelle Ariane Mnouchkine inscrit son travail est millénaire. Depuis un demi-siècle, avec sa troupe du Soleil, elle crée des œuvres de théâtre prodigieuses.
                          
Comment faire travailler au mieux des personnes pour produire ensemble une œuvre commune pourrait être le travail de beaucoup d’entre nous. Comment travaille Ariane Mnouchkine pour que des personnes venant du monde entier, régulièrement renouvelées, créent ces merveilles fracassantes ? 
L'Uodc a pensé que débattre avec elle de son travail au quotidien avec sa troupe était une chance. Partager sa lumière, ses convictions, ses fulgurances, ses doutes, son métier.

Pour Ariane Mnouchkine, la scène mérite l’exceptionnel : elle participe de l’équilibre du monde. Elle n’a jamais lâché sur l’exigence sur le travail bien fait. Cela s'entend quand ce n'est pas là. 
Alors le théâtre devient nourriture, pour tous ceux qui le font, y compris le public. C'est à ce titre qu'il remplit sa fonction sociale : « nous donner des forces, pour éclairer des possibles dont nous n'avions que vaguement conscience. » (A. Mnouchkine, 1968)

Ce qui est sidérant, c'est que le Théâtre du Soleil recommence tout à chaque nouveau spectacle. « Une confrérie de comédiens qui se compliquent la vie en choisissant de continuer à apprendre son métier au lieu de créer rapidement un autre spectacle pour renflouer les caisses » (Le Théâtre du Soleil - Les Cinquante premières années. Béatrice Picon-Vallin, Actes Sud, 2014). Une troupe qui est aussi une Scop, où le salaire est le même pour tous, du technicien à la directrice.

L’œuvre émerge d’un long chantier de création, par improvisation : le temps d'oublier, d'apprendre, de chercher, d'inventer... pour travailler. La rencontre entre un auteur collectif, un texte, un espace et un public cristallise l'œuvre.

C’est ce travail individuel et collectif, rythmé de rituels, qu’Ariane Mnouchkine anime et fait vivre.

L'Université ouverte des compétences est heureuse et honorée de l'avoir reçue pour ce moment inappréciable de rencontre et de débat.



Vidéo séquencée n°178
Prise de vue : jeudi 12 février 2015
Date d'édition : 04 mai 2015
Durée : 1:30:37
Programmation : Jean Besançon, directeur de L'Université ouverte des compétences ; Elsa Bonal, intervenante en intelligence collective, Déjà-Là
Réalisation et édition : Pierre Cécile
Collaboration éditoriale : Philippe Masse

© Pratiques & Stratégies - mars 2015 - reproduction interdite


Ariane Mnouchkine
fonde la troupe du Théâtre du Soleil en 1964 avec ses compagnons de l’ATEP (Association Théâtrale des Étudiants de Paris).

En 1970, le Théâtre du Soleil crée 1789 au Piccolo Teatro de Milan, où Georgio Strehler accueille et soutient avec confiance la jeune troupe, qui s’installe ensuite à la Cartoucherie, ancien site militaire à l’abandon et isolé dans le bois de Vincennes, aux portes de Paris.

La troupe devient, dès les années 1970, une des troupes majeures en France, tant par le nombre d’artistes qu’elle abrite (plus de 70 personnes à l’année) que par son rayonnement national et international. Attachée à la notion de « troupe de théâtre », Ariane Mnouchkine fonde l’éthique du groupe sur des règles élémentaires : tout corps de métier confondu, chacun reçoit le même salaire et l’ensemble de la troupe est impliquée dans le fonctionnement du théâtre (entretien quotidien, accueil du public lors des représentations). Le Théâtre du Soleil est une des dernières troupes, fonctionnant comme telle, qui existe encore en Europe aujourd’hui.

L’aventure du Théâtre du Soleil se construit depuis plus de 40 ans grâce à la fidélité et à l’affection d’un public nombreux tant en France qu’à l’étranger. Son parcours est marqué par une interrogation constante sur le rôle, la place du théâtre et sa capacité à représenter l’époque actuelle. Cet engagement à traiter des grandes questions politiques et humaines, sous un angle universel, se mêle à la recherche de grandes formes de récits, à la confluence des arts de l’Orient et de l’Occident.

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la troupe, sort le livre Le Théâtre du Soleil - Les Cinquante premières années dirigé par Béatrice Picon-Valli (Actes Sud, novembre 2014).



Elsa Bonal
, discutante de la soirée, est psychocociologue, intervenante en organisation sur les questions d'intelligence collective.

Elle est membre de l'ITMD (Institut du travail et du management durable), réseau destiné à promouvoir des formes d’organisation associant performance durable et développement humain.

Elle est cofondatrice avec Julian Boal de la biennale d’arts participatifs « Le Plus beau théâtre du monde », duquel Ariane Mnouchkine écrivait en 2003 : « L’initiative du Plus beau théâtre du monde est non seulement judicieuse, non seulement bienvenue, elle est indispensable. »

Elsa Bonal a notamment publié :

Comment rendre la santé contagieuse ? : une action collective en santé publique, Éducation Permanente, n°195‬, juin 2013

L'intelligence collective comme processus de coopération : une thérapie sociale pour agir ensemble‬, ‪Nouvelle Revue de Psychosociologie, n°12, ERES, 2011‬

Lisière, le Plus beau théâtre du monde, Art-Dit, Arles, 2011



Jean Besançon
dirige l'Université ouverte des compétences.

Ingénieur agronome, diplômé du CNAM / HEC (DEA RH), Jean Besançon a notamment dirigé un centre de formation d’adultes en Lorraine dans les années 1980, piloté la formation professionnelle continue et l’apprentissage relevant du ministère de l’agriculture, puis les innovations dans l’enseignement agricole dans les années 1990.

Après avoir dirigé un grand mouvement d’éducation populaire en milieu rural (la FNFR, aujourd'hui CNFR) au début des années 2000, il travaille à l’émergence d’un Institut réunissant recherche, recherche-développement, formations ouvertes et à distance et appui en matière de production de compétences dans la sphère « verte » (l’Institut Eduter à Dijon).

Lien périmé, remarques, suggestions ?
Merci de nous écrire en mentionnant la vidéo !